Cliquez ici pour faire une recherche

Zone de contact : les risques du sur-gonflage et sous-gonflage

Les pneumatiques de votre voiture semblent imposants et solidement ancrés dans le bitume? Et pourtant, la surface de contact de vos pneus se résume souvent à quelques centimètres carrés. Il est impératif de respecter les règles de sécurité élémentaires afin de ne pas se mettre en danger inutilement.

L'aire de contact d'un pneu est limitée même en cas de conditions optimales. Cela exige une vérification régulière de la pression de ses pneumatiques. Une pression inadaptée peut en effet modifier radicalement le volume de la surface de contact comme illustré ci- dessous :

La pression doit être vérifiée régulièrement car les apparences sont parfois trompeuses.


Un autre point important concerne l'angle de carrossage. Comme nous vous l'expliquons dans notre guide, plus l'angle de carrossage est important, moins le pneumatique est en contact avec la route. Le schéma ci-dessous illustre parfaitement cette situation:


Un angle de carrossage important permet d'aborder les virages avec plus d'aisance. En contrepartie, il réduit drastiquement le volume de la surface de contact !

Ce sont ces petites modifications, insensibles, qui mises bout à bout peuvent avoir des conséquences non négligeables sur le comportement du véhicule.

La surface de contact doit être constamment contrôlée pour prévenir le risque d'aquaplaning. Il faut savoir que le risque d'aquaplaning dépend tout autant de l'aire de contact que de la profondeur des sculptures de la bande de roulement.

Rapport entre hauteur et surface de contact

Comme illustré ci-dessous, la forme de la surface de contact varie selon la hauteur du pneumatique qu'elle soit importante (65, schéma de gauche) ou restreinte (35 schéma de droite).